Pre’volution 2

ON PASSE A L'ATTAQUE

C’est un peuple qui craque, en une nuit blanche
Une danse de tracts, que personne ne flanche
Un peuple qui craque, en une nuit franche
Une danse d’attaque…

Refrain :

On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Mieux vaut tard que jamais on passe à l’action
On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Aussi longue est la nuit le jour fera son apparition

On passe à l’attaque d’accord et c’est tout le pays qui s’affole
On ferme les écoles on sort les pancartes et les banderoles
Partout dans la ville il ya dans l’air d’l’excitation
La place de la nation deviendra place d’la révolution

On passe à l’attaque mort aux vaches et aux tyrans d’abord
Aux ennemis du peuple et à la bourgeoisie comprador
On sait c’qu’on veut allez leur dire que vivre en révolutionnaire
c’est mourir en révolutionnaire les armes à la main

On passe à l’attaque camarades mais pourquoi donc attendre encore
Soyons réalistes et demandons leur l’impossible
A bas la société spectaculaire et marchande
Le droit de vivre certes ne se mendie pas mais se prend

Et c’est une foule multicolore qui s’déplace enthousiaste
A l’idée que la menace a changée de camp et de place
Et c’est une foule décidée qui réclame et qui gueule
CRS SS prend le pavé dans ta gueule

Refrain :

On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Mieux vaut tard que jamais on passe à l’action
On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Aussi longue est la nuit le jour fera son apparition

On passe à l’attaque d’accord mais dès qu’on arrive à destination
Le face à face tant redouté n’a plus rien d’une fiction
Les forces du désordre sont armées et bien casquées
Menaçantes enragées comme un troupeau de buffles blessés

On passe à l’attaque ya de l’électricité de la rage
La détermination en clair se lit sur tous les visages
C’est à ce moment là seulement qu’une barrière est défoncée
Au cri de « balayez tous ces ennemis de la liberté ! »

On passe à l’attaque le raz de marée est rendu possible
Parce qu’une certaine opinion éclairée s’disait insensible
Et oui le raz de marée enfin est rendu possible
Par ceux qui d’habitude font de dociles et faciles cibles

On passe à l’attaque direct sans emprunter l’ascenceur
Ni même le couloir, on prend juste le pouvoir
Repartir à zéro pour un temps on va y croire
Pour une fois que l’espoir est venu des sans-espoir

Refrain :

On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Mieux vaut tard que jamais on passe à l’action
On passe à l’attaque on passe à l’action (x3)
Aussi longue est la nuit le jour fera son apparition

 

On passe l'attaque après une nuit blanche
Une danse de black dont on ne voit pas les dents blanches (x2)

Une danse de black dont on ne voit pas les dents blanches
une danse de nègres, au pays des hommes intègres

DOSSIER ZONGO

13 décembre 98 un journaliste du nom de Norbert Zongo est assassiné au Burkina Faso en compagnie de trois autres de ses camarades
un crime à mettre une fois de plus sur le compte de la quatrième république
Une république que nous appelons vivement à écouter les forces citoyennes de la nation
Il va bien falloir que les vrais coupables paient pour ce crime, nan laara an saara,
Alors, cette chanson est un appel à la réouverture du dossier Zongo
Je vais vous demander de bien vouloir entonner le refrain avec nous
C’est très simple ça fait un truc comme ça :

Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime

 

REFRAIN :
Dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime

COUPLET 1:

Depuis ce jour de haine le 13 décembre 98
Norbert est devenu immortel
J’imagine bien ses bourreaux douze jours plus tard
En train de fêter Sa mort sous les putains de sapins de Noël
Celle même qui a conduit à l’instauration
D’une démocratie S’appelle révolution
Et le retour du bâton n’est pas exclu
Tant qu’on ne rendra pas justice A ce journaliste d’exception
Onze j six quatre huit cinq BF
C’est tout ce qui reste de cette bagnole
Une vulgaire plaque d’immatriculation qui tient à peine Sur
L’arrière d’un véhicule calciné,
Quatre Passagers abattus sans sommation
Ils veulent laver le linge sale de la famille
Mais qui a fait le ménage pour la sainte famille
Serait ce la quatrième république ?

REFRAIN :
Dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime

 

COUPLET 2:

Tentative d’empoisonnement explosion de sa chambre d’hôtel
Manipulation des faits un véritable cartel
Regardez vous dans un miroir vous êtes la médiocrité
L’histoire est en marche mais ne retiendra pas les lâches
Indépendant mais pas cha-cha
Cet homme a eu beau dire qu’il était menacé
Aucune bouée de sauvetage ne lui a été jetée
Avant Sapouy pourtant certains l’avaient précédé
Depuis ce jour, ses assassins se promènent dans la rue
Dépensent le fric auquel tous on contribue
D’ici peu ils pourraient même donner leur nom à nos rues
Si on ne faisait rien pour les en empêcher
Autant ta vie et ta mort te rendent intemporel
Par leurs frasques et leurs actes ils resteront criminels, Norbert
Qu’on se le dise au fond des yeux ils t’ont tué pour que tu le taises
Ils devront nous tuer tous

REFRAIN :
Dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime

COUPLET 3:

Car le palais de justice n’est pas la maison du peuple
Et la cour est pleine de faux-culs
De pourris sans vocation qui ont pourtant prêté sermon
Ont juré sur l’honneur de rendre justice au justiciable
Mais le juge n’est juste que pour endosser son salaire
Souvent peu courageux et pas du tout téméraire
J’en connais qui doivent vraiment se sentir à l’abri
Tant la pourriture a atteint le niveau de parodie
Coupable de non assistance à journaliste en danger
C’est eux qui mettent en danger toute la communauté
On a plus droit au repos on a perdu Norbert
Il abattait le travail de toute une génération
Que l’on reprenne le flambeau pour qu’enfin l’homme
Que l’on nommait Henri Sebgo obtienne le vrai repos
Contre l’impunité ouvrez le dossier
Onze – J – Six – Quatre – Huit – Cinq – BF

REFRAIN :
Dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Mais dis moi qu’ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime
Ils vont payer pour ce crime

Ouvrez ! le dossier Zongo
On va l’ouvrir, On va l’ouvrir
Ouvrez ! le dossier Zongo
Il faut l’ouvrir, il faut l’ouvrir
Ouvrez ! le dossier Zongo

BATS TOI A MES COTES Feat SOUM BILL

Comme un seul homme…
Hoooooo…écoute ma voix, il est temps de te battre à nos côtés…
Chœurs : bats toi à mes côtés
C’est Smockey et Soum Bill
Chœurs : fight by my side
Fight, fight, fight,
On a besoin de la participation de tous
Allez Soum Bill on y va
Fight, fight, fight, montrons leur
Chœurs : bats toi à mes côtés

Refrain :

je ne peux pas cracher la vérité tout seul devant
Chœurs : bats toi à mes côtés
Pendant que toi tu restes derrière moi
Chœurs : bats toi à mes côtés
I can’t disgorge the truth all alone
Chœurs : fight by my side
While you hide behind me
Chœurs : fight by my side (x2)

Smockey :

Quand je me bats c’est pas seulement pour moi
Je réagis c’est pas seulement pour toi
Je dis tout haut ce que tu penses bas
Sois avec moi pas derrière moi
Crois moi la route est parsemée d’embûches
J’sais pas faire la politique de l’autruche
Même si c’est dur on y arrivera
Sois avec moi pas derrière moi
Quand je prend les coups tu crois que j’les sens pas
Tous ces majeurs tu crois que j’les vois pas
Si je résiste c’est que je prends du poids
Quand t’es avec moi pas derrière moi
Moi aussi j’aimerai bien m’la couler douce
Fermer ma gueule tendre mon pouce
Me taper le beurre et la fermière en douce
Jouir de la belle vie sans les secousses

Refrain :

je ne peux pas cracher la vérité tout seul devant
Chœurs : bats toi à mes côtés
Pendant que toi tu restes derrière moi
Chœurs : bats toi à mes côtés
I can’t disgorge the truth all alone
Chœurs : fight by my side
While you hide behind me
Chœurs : fight by my side (x2)

Soum Bill :

Much people think this will come from the sky
Nothing gonna change in your fuckin life if you refuse to fight
Malgré les coups je suis resté toujours debout
C’est pas en restant caché derrière ton ombre que les choses vont avancer
A te tourner le pouce dans ton salon hey, on va tous couler
Je te veux sur la ligne de front pas dans mon dos
On ne fait pas la révolution en fuyant au premier coup de sabot
Ce que tu n’as pas défendu par les armes ne croit pas le garder avec tes larmes

Refrain :

je ne peux pas cracher la vérité tout seul devant
Chœurs : bats toi à mes côtés
Pendant que toi tu restes derrière moi
Chœurs : bats toi à mes côtés
I can’t disgorge the truth all alone
Chœurs : fight by my side
While you hide behind me
Chœurs : fight by my side

Smockey :

Je me bats pour mes idées décidé je suis
Je suis pas résigné j’changerai pas d’avis
Tant que j’serai en vie je m’ferai pas tout petit
Comme un abruti
J’accepterai pas que tu me sacrifie
Parce que t’es trop lâche pour changer ta vie
You want the heaven don’t wanna die
Tu veux la victoire mais pas la bataille, tu sais quoi ?
You wanna make your fuckin omelett by breakin my fuckin eggs
Tu veux faire ta putain d’omelette en cassant mes putains d’œufs
You wanna make your fuckin omelett by breakin my fuckin eggs
Tu veux faire ta putain d’omelette en cassant mes putains d’œufs

Refrain :

je ne peux pas cracher la vérité tout seul devant
Chœurs : bats toi à mes côtés
Pendant que toi tu restes derrière moi
Chœurs : bats toi à mes côtés
I can’t disgorge the truth all alone
Chœurs : fight by my side
While you hide behind me
Chœurs : fight by my side (x2)

Fight by mys side
Bats toi à mes côtés
Bats toi à mes côtés…

PASSAGE EN FORCE

Entends tu les bruits des bottes des masses
Les bruits des bottes des classes
Les bruits des bottes des soldats
Les bruits des bottes des castrats…
Le fruit est mûr…
Et quand le fruit est mûr…il tombe

Refrain :

Passage en force, passage en force, passage en force
N’entends tu pas les…
Salaud ! Salaud ! Le peuple aura ta peau
Les kalachnikovs au feu les dictateurs au milieu (x2)

Passage en force malgré le danger tu forces
Tu bombes le torse n’entends tu pas les bruits de bottes
Malgré les chiffres et les statistiques et les pronostics pas de déclic
Tu vas tout droit dans l’mur et en plus tu insistes
Tu fais des réformes, référendums, des plates formes
Des forums inutiles c’est toujours la même donne
Traquenards, bobards, assemblées de gueulards
Consensus de placards, fêtards, symposiums de connards
Certains commerçants bien pensants, intellectuels, religieux
Disent ne pas faire de politique hum, l’économie est politique
La rue publique nique la république
Elle sacrifie ses symboles désacralise le mythe
Stoppe la politique du fric
Car plus il y aura de sang de martyrs sur le goudron
Et plus le goudron réclamera le sang des martyrs
Passage en force, tu veux défoncer la porte
N’entends tu pas les « on dit » n’entends tu pas les bruits de bottes

Refrain :

Passage en force, passage en force, passage en force
N’entends tu pas les…
Salaud ! Salaud ! Le peuple aura ta peau
Les kalachnikovs au feu les dictateurs au milieu (x2)

Passage en force tu voudrais chercher des crosses
Prie donc que thanatos le diable ne t’exauce
Car la portière arrière n’a pas encore de barrière
Mais si ça traîne on fermera même la fenêtre de derrière
Car plus le temps s’écoule et moins tu peux retenir la foule
Et la peur de naguères c’transforme en colère amère
Le peuple a faim ! Du pain ! Du pain ! Il le crie dans ton jardin
A la fin c’est la fin qui justifiera les moyens
Passage en force tous les jours mais pourquoi donc tu forces dis le moi
Quel est l’enjeu qui fait qu’tu joues avec le feu dis le moi
Sont ce les milliards, la peur, les privilèges ou même les pouvoirs
L’un comme l’autre ne valent pas souffrance de ta descendance
A quoi tu penses dis donc à ta défense ou ta défonce
A quoi tu penses dis donc à tes dépenses ou tes offenses
A quoi tu penses ton choix sera déterminant
Si tu veux céder ton patronyme à tes petits enfants
Tant qu’il y a d’la vie y a d’l’espoir c’est vrai
Mais l’espoir ne s’lit plus dans les yeux d’ton peuple ne l’vois tu pas
La sagesse te recommande une seule solution
Partir en douceur pour éviter l’humiliation

Quelle chose étrange ce remue ménage (x2)
Salaud ! Salaud le peuple aura ta peau les kalachnikovs au feu les dictateurs au milieu
Quelle drôle d’expression basée sur les pulsions (x2)
Salaud ! Salaud le peuple aura ta peau les kalachnikovs au feu les dictateurs au milieu
Quelle chose étrange
Ce qui rendent les révolutions pacifiques impossibles
Quelle chose étrange
Rendent inévitables les révolutions violentes
Quelle drôle d’expression
Les faibles ne finissent jamais rien eux mêmes
Quelle drôle d’expression
Ils attendent toujours la fin
Ce n’est pas la fin
Ce n’est même pas le début de la fin
Mais c’est peut être comme on dit chez nous
Le début du commencement
Y’en a qui voudraient colmater les brèches du système pendant qu’le bateau coule à flot
C’est tout le système qui à reprendre
Il nous faut un nouveau bateau
La paix, la paix, hum…mais la paix ne se conçoit et ne s’apprécie que lorsqu’on l’a perdue
A bon entendeur…

OPÉRATION MANA MANA

Les cibals et cibelles sont là, opération mana mana générale !

Refrain :

Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Qu’est ce qu’on fait, on répond à l’appel
Qu’est ce que vous faites, on répond à l’appel
A vos balais pour bâtir un état
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple

Smockey :

Déterminés, parés, armés d’une conscience impartiale
Plus nombreux nous sommes plus forts nous sommes c’est capital
J’t’assure qu’la solution ne peut être que radicale
Car une seule nuit a déclenchée sa marche triomphale
Soudés dans un front commun contre le dictat d’une seule voix
Le temps pour nous est venu de perturber le sommeil des rois
Le Balai Citoyen est dans la rue
Ceux là même qu’on appelle les voyous
Ceux qui marchent avec des pancartes, des jeans troués et des têtes de fou

Valian :

Allez tous à vos balais chacun le pied dans le panier
Poussière dans nos palais moins de confort qu’il n’y paraît
Fia Fia on frappe coup de balai civique
On est gonflés à bloc pour le sursaut patriotique
Cibals, Cibelles, on vient balayer
Cibals, Cibelles, on vient nettoyer
Corrompus corrupteurs dinosaures assassins
Houste houste du balai libérez le plancher

Refrain :

Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Qu’est ce qu’on fait, on répond à l’appel
Qu’est ce que vous faites, on répond à l’appel
A vos balais pour bâtir un état
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Basic Soul :

Salut Guiro comment est la MACO
Ca fait quoi de goûter au cachot
Oui je sais c’est pas beau rappelle toi Norbert Zongo
Est ce qu’ils savent ce que c’est que la pitié c’est quoi l’humanité
La méchanceté n’est pas un métier la justice elle vient à pied
Balaie moi tous ces Gnaman Gnaman tous ces acarias ces parias
Tous ces gens sans foi ni loi toute cette mafia au cœur de l’état
Ils prennent le Burkina pour une djantra une fille de joie une couche toi là
Ils croient qu’ils ont tous les droits, et toi oui toi, tu dis quoi

Deoud la Paix :

Qu’est ce qu’on fait on répond à l’appel
Tels des combattants convaincus que l’union fait la force
La cause est juste et collective c’est pour le peuple
Ce peuple qui t’entretient laisse moi te rafraîchir la mémoire
Qui prépare vos menus qui sort vos ordures
Et qui prépare vos ambulances qui vous protège pendant votre sommeil
(…)

Refrain :

Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Qu’est ce qu’on fait, on répond à l’appel
Qu’est ce que vous faites, on répond à l’appel
A vos balais pour bâtir un état
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple

Sam’s K le Jah :

Les héritiers de Sankara ont grandi
Tuez Sankara il l’avait dit…
Demain y’en aura des milliers
Chers rectificateurs nous étions petits
Quand vous avez brisé notre espoir
Parce qu’avides de pouvoir
Aujourd’hui le soleil s’est levé
Les brindilles du balai se sont unifiées
Balayé collabos pourris malos…tas d’ordures
Opération mana mana générale…

Basta Gaenga :

Rimes anti pourriture crimes d’état impunis
Crise de conscience contre la corruption
Crise de souffrance ancrée dans notre nation
Trop d’ordures dans la maison fini la saison
De la rectification Haaaa…on passe à l’action
De la parole à l’acte le balai vient faire la propreté
Dans cette démocratie qui nous empêche de respirer
Depuis longtemps que t’es président les enfants n’avaient pas de dents
Aujourd’hui ils ont le cran de réclamer le changement

Refrain :

Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Qu’est ce qu’on fait, on répond à l’appel
Qu’est ce que vous faites, on répond à l’appel
A vos balais pour bâtir un état
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple

Vermillion :

(…)
Vous êtes un mauvais exemple pour notre génération

Kadjoba (Don Asley) :

A l’aide de nos balais on brise la chaîne du silence
Vingt six ans passés toujours dans la souffrance
Ils ont brisé nos rêves et ils veulent qu’on se taise
Le Balai Citoyen on pour tout dégager

Kadjoba (Dr Key) :

Jeunesse Burkinabè tous le balai en l’air
Allons leur dire le sénat on en veut pas sous notre ère
Il est temps de prendre d’assaut toutes les artères
L’heure n’est plus à ruminer notre misère
L’heure n’est plus à donner la joue à l’adversaire
Il est temps que soit de mise la dignité ou la mort
Il est temps que soit de mise la conviction ou la mort
Il est temps que soit de mise la patrie ou la mort

Art Melody :

(…)

Refrain :

Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Nous sommes des cibals, nous sommes des sentinelles
Qu’est ce qu’on fait, on répond à l’appel
Qu’est ce que vous faites, on répond à l’appel
A vos balais pour bâtir un état
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple
Pour le peuple, et rien que pour le peuple

LA QUESTION

Un pays comparé à un putain d’continent
Merde, ça en dit long sur le dénouement…
Pendant qu’nos chefs d’état s’évertuent à prouver
A quel point on est pauvre pour avoir le droit de mendier
La France elle s’évertue à prouver à quel point elle nous aime
Donc nous aide pour avoir le droit de nous piller
Et on nous parle de vertus du colonialisme
L’idée même de vertu n’a jamais été qu’une invention du vice
La Françafrique à la peau dure…

Refrain :

La question n’est pas est ce que la Françafrique existe
Mais plutôt est ce que les Africains résistent
La question n’est pas pourquoi la Françafrique subsiste
Mais plutôt pourquoi les Africains subissent
La question n’est pas est ce donc une malédiction
Mais plutôt est ce qu’on se pose les bonnes questions
La réponse est dans l’idée que nous nous faisons
Il n’y aura pas de salut si on maintient la perfusion

J’en appelle à toute l’Afrique la Françafrique a la peau dure
Des Caraïbes au pacifique la Françafrique a la peau dure
J’la connais cette Françafrique franchouillarde sympathique
Parle politique et safari autour d’un barbec exotique
J’en appelle à toute l’Afrique que l’on pend avec ses tripes
Que l’on vole que l’on pille on nom d’une certaine république
J’en appelle à toute l’Europe et aux peuples d’Amérique
Au nom de qui on a tout pris sans jamais leur dire à quel prix
Je m’rappelle à toutes les firmes les usines et les mines
Qui exploitent nos ressources et nous perdent en querelles byzantines
Je m’rappelle à toute la chaîne toutes les bases toutes des chiennes
Ces opérations qui interviennent soi disant pour que la paix revienne
Je me rappelle aux mêmes descendants de Guy Penne
On change de stratagème mais enfin la France reste la même
Je m’rappelle à tous ces témoins du désastre d’la Françafrique
De Mitterand à Hollande le François reste le même

Refrain :

La question n’est pas est ce que la Françafrique existe
Mais plutôt est ce que les Africains résistent
La question n’est pas pourquoi la Françafrique subsiste
Mais plutôt pourquoi les Africains subissent
La question n’est pas est ce donc une malédiction
Mais plutôt est ce qu’on se pose les bonnes questions
La réponse est dans l’idée que nous nous faisons
Il n’y aura pas de salut si on maintient la perfusion

J’en appelle à toute l’Afrique la Françafrique a la peau dure
Des Caraïbes au pacifique la Françafrique a la peau dure
J’la connais cette Françafrique franchouillarde sympathique
Parle de sexe sous les tropiques et d’leur valise diplomatique
J’en appelle à tous nos états CEDEAO UEMOA
Soi disant Africaine Unité mais qui ne jouent qu’à faire pitié
J’en appelle à toutes nos armées sécurisez la zone U.A.
Au lieu d’vous balader parader d’faire des putains d’coup d’états
Je m’rappelle à vos ingérences sous l’couvert de la défense
Vos Franc-maçonneries et toute la franc-cacophonie
Je m’rappelle à tout l’pétrole pompé tout l’uranium tout l’cobalt
Et cette belle escroquerie qu’l’on appelle aide bilatérale
Je m’rappelle aux mêmes descendants de Foccart
On change de canular mais la France retient toujours sa part
Je me rappelle à la Lybie au Mali à la R.C.I
De Mitterand à Hollande le François reste le même

Refrain :

La question n’est pas est ce que la Françafrique existe
Mais plutôt est ce que les Africains résistent
La question n’est pas pourquoi la Françafrique subsiste
Mais plutôt pourquoi les Africains subissent
La question n’est pas est ce donc une malédiction
Mais plutôt est ce qu’on se pose les bonnes questions
La réponse est dans l’idée que nous nous faisons
Il n’y aura pas de salut si on maintient la perfusion

Il n’y aura pas de salut si on maintient la perfusion

COMBATTANTS OUBLIES Feat AMADOU BALAKE

Parce que l’on mène un autre combat aujourd’hui
Celui du respect de ce sacrifice
Papa Balaké, Yankini, rest in peace
De la part d’un petit batard de métis
Le respect de ce sacrifice,
Le respect de ce sacrifice…

Officier indigène brise les chaînes
On garde le cercle et on recommence avec les mêmes
Jadis juste bon pour être une bête de somme
Puis finir par servir de chair à canon en sommes
De Gaulles ingrat ou définitivement raciste
Refuser le défilé aux tirailleurs in extrémis
Massacre à Thiaroye juste pour le principe
La France qui tout à coup devient amnésique
Aucun mot là dessus dans nos livres d’histoire
Mauvaise littérature sciences discriminatoires
Tu peux blanchir ton armée mais les faits sont têtus
Chanter ta fraternité les faits sont têtus
Choisir ton immigration les faits sont têtus
Tu n’aurais pas gagné la guerre les faits sont têtus
Pas même la coupe du monde les faits sont têtus
Sans tes ex colonies tu n’existerai peut être plus

Refrain :

Ah Djaman, Farafin nou tôrôla…
Combattants déflattés
Ah Djaman combattants nou tôrôla…
Combattants oubliés

Compression des soldes pensions cristallisées
Très souvent humiliés parfois pas même payés
A l’époque valeureux soldat j’ai bien combattu
Aujourd’hui soldat oublié presque combattu
On veut bien m’médailler mais pas m’payer mon dû
Un bout d’métal jauni y’a plus qu’à m’serrer le cul
Faire le salut et dire merci à la mère patrie
C’est cela le prix du sacrifice qui m’ait consenti
Y a même pas d’quoi s’payer un bon sac de riz
A l’époque de Blaise Diagne de Ouezzin coulibaly
Certains se souviennent encore de c’qu’on nous avaient promis
On nous a fait descendre par milliers sur Paris
D’la main d’œuvre malléable corvéable à merci
La France nous dit merci tu parles d’une pigeonnerie
Tout c’qui comptait pour eux nous l’avons défendu
Tout c’qui comptait pour nous ils nous l’ont défendu

Refrain :

Ah Djaman, Farafin nou tôrôla…
Combattants déflattés
Ah Djaman combattants nou tôrôla…
Combattants périmés
Eh Djaman….
C’est malheureux à dire
Eh Djaman….
Tout ce sang versé

Amadou Balaké :

(…)

LE PRÉSIDENT, MA MOTO ET MOI

Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…(x13)

Refrain :

Viens faire un tour sur ma moto Monsieur le président
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Y’a de la place sur ma moto bien au chaud
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Pour écouter en stéréo et apprécier la météo
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Et pour un Rodéo tranquille loin du complot

Un petit arrêt pipi à la station service
Et tu comprends qu’c’est à l’état qu’on rend service
Sept cent trente deux francs à la pompe
Non Monsieur le président vous n’avez pas le compte
Au prochain carrefour la route est bloquée
Des flics sont camouflés pour pouvoir opérer
Ici le faciès d’un individu est au délit
C’que la pute de comptoir est à la crème de whisky
Le centre ville il vaut mieux l’éviter
Car il est envahi par des manifestants énervés
Peu importe ce qu’ils scandent crient ou réclament
C’qui est sûr ce n’est certes pas de la réclame
Monsieur le président maintenant il faut reculer
Vous avez raison d’avoir peur on peut s’faire braquer
La voici votre cité dite en chantier
Celle dont vous présidez à la destinée
Vos électeurs tendent la main à tous les feux de stop
Les mêmes qui s’pressaient à vos bureaux de vote
Avec la hausse du chômage et la crise du logement
S’crever un œil est stratégiquement plus payant
Heureusement que vous êtes encore président

Refrain :

Viens faire un tour sur ma moto Monsieur le président
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Y’a de la place sur ma moto bien au chaud
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Pour écouter en stéréo et apprécier la météo
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Et pour un Rodéo tranquille loin du complot

Clic, Clac, on fait un selfie Monsieur le président
Souriez…profitez de ce safari photo
Nous allons traverser les quartiers malfâmés
La cité de l’avenir comme vous l’avez baptisée
Des égouts immondes des flaques et des cloaques
Qui pourraient vous faire succomber d’un arrêt cardiaque
La nuit est tombée toujours pas de visibilité
Parce que la Nationale a coupé l’électricité
Monsieur l’président dans une, deux, trois…
Voilà l’accident que nous aurions pu éviter
Direction l’hôpital après quatre heures d’attente
Les pompiers étaient dépassés pas d’essence dans l’ambulance
Le patient a d’la chance il va pouvoir être opéré
Grace à votre présence il est rapidement branché
Mais une heure plus tard c’est le coup de théâtre
Le décès est constaté le patient est débranché
Officiellement c’est la mort cérébrale
Mais la vraie cause, plus d’oxygène à l’hôpital
Monsieur le président un hôpital porte bien votre nom
Pourtant vous et vos proches, sont évacués par avion
Inutile donc que j’vous pose la question
A savoir si vous connaissez le prix d’une consultation
Heureusement qu’vous maîtrisez la situation
Pendant qu’votre descendance batifole avec des dauphins sur facebook
Vos dauphins manipulent les pots d’vin
Et vos concitoyens caracolent, bien en dessous de la banqueroute

Refrain :

Viens faire un tour sur ma moto Monsieur le président
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Y’a de la place sur ma moto bien au chaud
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Pour écouter en stéréo et apprécier la météo
Si t’es cap, si t’es cap, si t’es capable…
Et pour un Rodéo tranquille loin du complot

L’IMBÉCILITÉ HUMAINE

Ils sont fous mais qu’est ce que c’est infect
Dans notre assiette, c’est indigeste et moi je le rejette
A t’on perdu le peu qui nous reste a t’on perdu la tête
Des animaux désinfectés au chlore ou même clonés
Des légumineuses qui sont traitées avec des pesticides
Des génocides des homicides des suicides en perspective
Puisqu’il n’y a pas d’limites ça va finir très mal
Des céréales qui n’peuvent être identifiées comme végétal
Des espèces animales alimentées comme des espèces cannibales
Et pendant qu’les trois quarts de la planète crèvent la dalle
Y’en a qui bouffent du bœuf qui ressemble à du cheval
Pour faire de l’agro-business ils sont entêtés
A planter du con BT, breveté
Il ne leur reste plus qu’à tout contaminer
Et pourtant les petits paysans jadis auto-suffisants
Restaient indépendants sans intrants
A t’on besoin de cette merde pour nourrir les gens

Refrain :

Oh non…Ils ont touché aux gènes avec les O.G.M
Instaurent des monopoles et des filières Américaines
Des trucs cancérigènes des agents pathogènes
Y’a pas de limites à l’imbécilité humaine
Ils ont touché aux gènes avec les O.G.M
Instaurent des monopoles et des filières Européennes
Ils font de l’industriel ils nous pompent l’oxygène
Y’a pas de limites à l’imbécilité humaine

Mais qu’est ce que c’est infect dans nos assiettes
C’est indigeste mais ça ne suffit pas
Car aujourd’hui ils se mettent tous à planter du Jatropha
Pourquoi faire du biocarburant, quand on a rien à s’mettre sous la dent
Résultat catastrophique au lieu d’être bénéfique
Déforestation accaparement des terres c’qui implique
L’accentuation de la volatilité des prix agricoles
Sécurité alimentaire mondiale compromise les prix s’envolent
Pendant c’temps, paysans éleveurs ne sont pas d’accord
Pour des histoires d’culture fourrage ou pâturage
Ça s’tire dessus et ça s’découpe à la machette
Sous l’regard de nos autorités qui attendent et qui rachètent
C’est pratique l’respect ne va pas toujours à ceux qui l’méritent
C’est toujours aussi chic d’faire du fric sans états d’âme
Ils ont touché aux gènes car rien ne les gênait
Ils créent des réactions en chaîne la raison est elle Hélène

Refrain :

Oh non…Ils ont touché aux gènes avec les O.G.M
Instaurent des monopoles et des filières Américaines
Des trucs cancérigènes des agents pathogènes
Y’a pas de limites à l’imbécilité humaine
Ils ont touché aux gènes avec les O.G.M
Instaurent des monopoles et des filières Européennes
Ils font de l’industriel ils nous pompent l’oxygène
Y’a pas de limites à l’imbécilité humaine (x2)

FUNKY THERAPY

Chœurs :

Ne modifie pas mon article
N’y touche pas, n’y touche pas haaaaaa, n’y touche pas
Ne modifie pas mon article
N’y touche pas, n’y touche pas haaaaaa, n’y touche pas
Tu fais d’la fuckin politic, fuckin politic
Politic, fuckin politic
Il t’faut une funky therapy, une funky therapy
Une thérapie, une funky therapy

Voici une funky therapy pour les politiciens
Ceux qui nous ont toujours appelé con-citoyens
Ceux qui n’ont pas envie de quitter le train
Ceux qui ont la boulimie qui jouent les plus malins
Ceux qui veulent le lait le beurre et la fermière
Et même se taper la pauvre vache par derrière
Feraient mieux de sortir par la porte de derrière
« tu vas faire quoi hein ? hahaha… »
Rassurez vous j’suis pas celui qui régale
Vos détracteurs ne se feront pas la malle
Tant qu’vous pourrez danser c’est encore le bal
Chanter « Ohé, Ohé » c’est le moindre mal
Allez venez faites le tour qu’on vous entoure d’hôtesses
Vous qui avez toujours les poches pleines d’espèces
Piquées au contribuable faisons comme à la messe
« tu es pasteur, tu es marabout ? » « ça dépend de la caisse… »

Chœurs :

Tu fais d’la fuckin politic, fuckin politic
Politic, fuckin politic
Il t’faut une funky therapy, une funky therapy
Une thérapie, une funky therapy

Hey ! fuckin politician….
Pourquoi ne pas venir décompresser un peu
Avec le peuple pour comprendre le peuple
Oublier les pauses café canapés pousse-café
Laisser la secrétaire deux minutes sous le bureau…
Pourquoi ne pas regarder l’avenir en face
Qu’un autre guignol puisse s’asseoir à votre place
Vous aurez toujours le golf et le tennis hélas
Le samedi à la pêche et le dimanche à la chasse
Au lieu de ça vous maintenez votre position
Pensez au cholestérol et à votre tension
Le cœur est fatigué ainsi que le colon
N’en parlons pas d’la rate ni même du poumon
Allez ! C’est décidé pour vous une funky therapy
Et on peut même vous prêter une de nos groupies
Approche Lady vient prendre soin d’ce V.I.P
Que le peuple souffle un peu le temps d’une mélodie
« oh le gentil petit politicien que voilà…hahaha… »

Chœurs :

Tu fais d’la fuckin politic, fuckin politic
Politic, fuckin politic
Il t’faut une funky therapy, une funky therapy
Une thérapie, une funky therapy

TOMBER LA LAME Feat YVETTE

Intro: (smockey)
…Les féodaux arguent que c’est pour éviter que nos femmes ne nous reviennent infidèles et coquines, alors que les professionnels de la chose les plus avertis, se recrutent bien souvent dans les enseignes masculines. Chaque fois qu’un sexe est charcuté sous le prétexte de la pureté, pense que c’est trois millions de nos soeurs qui sont violentées chaque année, cent cinquante millons de victimes condamnées par l’absurdité, la lâcheté de nos hommes et la silencieuse culpabilité… de femmes déja meurtries par le même procédé…le même procédé

Couplet 1: (smockey)

Quand la lame tranche, charcute, le corps est penché
La petite estc ouchée de force, jambes écartées
A force de crier en vain, plus le temps, ni la force
Que la peur, et la peine, et le mal
Que le sang, que les pleurs, et les larmes
Le temps s’écoule la fillette a grandit
Les incommodités sont quotidiennes dans sa vie
Le choc est fatal, le souvenir brutal,
Le mal est fait pour le mâle mais le mal ne satisfait aucun mâle…

Refrain 1:
quand la lame tranche facile plus que le drame
Laisse tomber les lames dans l’enfer des flammes
Quoique dise l’imam les ancètres ou les Mannes
“…hahanhahan…hahahahahan…hannnn….”
Pour qu’elle puisse être une femme,
Il faut tomber la lame,
Sauver la femme, tomber la lame… (bis)

Couplet 2: (yvette)

Femme, je fremis quand je voix ta misère,
Tant de peine que tu enterres,
Pour tout ce que tu subis tu as raison d’être amère
Mais…, de courage il faut que tu t’armes
Car c’est injuste et c’est anormal
Dans un dernier sursaut d’orgueil…tombons la lame

Refrain 2:
quand la lame tranche facile plus que le drame
Laisse tomber les lames dans l’enfer des flammes
Quoique dise l’imam les ancètres ou les Mannes
“…hahanhahan…hahahahahan…hannnn….”
Pour qu’elle puisse être une femme,
Il faut tomber la lame,
Sauver la femme, tomber la lame… (bis)

 

Couplet 3:

Quand la lame tranche c’est “trash” les cicatrices sont franches
Comme une avalanche, le processus s’enclenche
Assistance medicale, action sociale, psychiatrie
Comme une avalanche hééé (et)…chirurgie réparatrice
Les hommes s’en foutent mais quel est le coût pour la société
Les hommes sans doute croient qu’il est trop tard pour changer
On ne peut pas changer les gens mais au moins changer les comportements
On ne peut pas changer la femme mais…on peut tomber la lame.

Refrain 3:
quand la lame tranche facile plus que le drame
Laisse tomber les lames dans l’enfer des flammes
Quoique dise l’imam les ancètres ou les Mannes
“…hahanhahan…hahahahahan…hannnn….”
Pour qu’elle puisse être une femme,
Il faut tomber la lame,
Sauver la femme, tomber la lame… (bis)

YA QUOI MÊME REMIX Feat LES PATRONS

« …Eh zongo, ya quoi même …? »
« …eh Allah ! Quand maladie n’a pas changée, son médicament peut pas changer…djaaa… c’est pourquoi y’en a qui préfèrent devenir morceau de bois en Amérique, que de devenir l’homme en Afrique ! Smockey … avec les Patrons ! Ha !...peut-être que vous, vous allez envoyer le changement…nous on vous regarde oooh, Haaaaaa ... »
Refrain :
(On a dit que tout va changer… « Tout va changer »
Pourtant c’est le même système oh… « Le même système »
Non ; non, ça suffit, S.Ohohooooo…. « SOS ») – BIS
Couplet 1 :
Penser que le nègre est dansant, facile sportif et amusant
Pour s’avouer que le nègre est pensant l’Africain se donnerait un mal de chien
De Yopougon à Karpala les mêmes prototypes produisent les mêmes peines
Les mêmes scènes les mêmes spécimens s les mêmes qui nous gouvernent les mêmes qui nous consternent
Ce sont les mêmes qui nous laissent traverser des immondices pour rejoindre nos bâtisses
Ce sont les mêmes qui nous amènent à dépenser 50 francs pour de frelatés pastis
Ce sont les mêmes qui ne sauront jamais combien coûte le litre dans une station service
Ce sont les mêmes qui finiront tous par nous transformer en foule agitatrice !
« ooozou ! »…ozou oh yayayikolo oho
« ooozou ! »…ozou ayé yayayikolo oho
« ooozou ! »…i say yayayayaaaaa….
Refrain :
(On a dit que tout va changer… « Tout va changer »
Pourtant c’est le même système oh… « Le même système »
Non ; non, ça suffit, S.Ohohooooo…. « SOS ») – BIS
On s’amuse on fait la fête et finalement c’est l’essentiel qui nous oublie
On prie parce que l’on n’a plus que cela à défaut de conduire la Ferrari
On ne comprend pas pourquoi rien ne change mais rien ne peut changer sans qu’on ait comprit
On est aigri mal loti malnutri mal bâti alors on est mal parti
Ce sont, les mêmes qui nous vendent leurs rêves qui transforment les nôtres en cauchemars
Ce sont les mêmes qui nous refusent le changement qui changent les milliards dans leurs placards
Ce sont les mêmes qui pour la plupart endossent tous des carrières de politicards
Ce sont les mêmes qui nous parlent de changement qui jouent les Balthazars sur nos boulevards !
Couplet Eric Patrons :
« ………………… »
Population meurtrie voici ton cri de détresse
De promesses en promesses ils nous ont conduits à l’impatience
Que tu soies au Burkina, en Côte d’ivoire les mêmes souffrances
Cameroun Congo Sénégal « oho », les mêmes réalités
On ne fait que pleurer crier on ne peut parler…
« ………………….. »
Eh djah ! Numérotez vos abattis on est parti pur la cause de ceux qui sont écoutés mais jamais entendus
Le changement au bénéfice, une fois n’est coutume…du pays réel !
Ahan ahan !....zigosséh !
Ahan ahan !....zigosséh !
« ………………….. »