Code Noir

JUSTE UNE BIÈRE Feat DUDN'J

Bon euh…ché…écoute, je vais te laisser…euh…je vais juste à côté là…euh…j’ai rendez – vous avec des amis mais ne t’inquiète pas on en a pas pour longtemps, c’est juste une bière en passant…

Refrain :

Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant
Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant
Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant bébé
Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant
Juste une bière en passant
c’est juste une bière en passant

Couplet :

Chérie hier si tu l’avais vue comme moi je l’avais vue
Tu n’aurais pas pu résister
J’ai vu une bière tellement belle que j’l’ai bue
Au risque de rendre jaloux un ressortissant de Bavière
J’ai pas vu le temps passer
Pourtant j’y pensais j’t’assure
Et tu me manquais j’t’assure
C’est pour cela que je m’apprêtais à partir
Quand tout à coup dudn a offert une tournée générale à toute l’assemblée
Je n’ai pas pu refuser j’ai dû m’incliner
Et c’est pour cela qu’aujourd’hui je dois rembourser
Chérie soit sympa et laisse moi y aller ce soir
Je te promets d’être sage et de pas rentrer trop tard
Et si tu veux je ferai la vaisselle toute la semaine
Et je torcherais les gosses toute la semaine
Et je ferai la cuisine toute la semaine
Tout ça rien que pour toi aussi un peu pour ça…
« Ignamogodèy ! il faut rester dehorss en même temps c’est pas mieux… ? Tchurrrrr»

Refrain :

Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant
Tous les jours tu me dis c’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant
Juste une bière en passant
c’est juste une bière en passant

Dudn’j :

Allo ! Allo !
Tchurrr…Toi aussi tu exagères tu crois que je suis saoul
Je suis avec les smok là on boit juste un coup
On est juste à côté on parle de rien et de tout
Et puis si je suis soûl mais…je bois avec mes sous !
Tu es toujours comme ça tu parles trop tu connais tout
Si je vais répondre tu vas dire que je suis saoul
C’est juste pour l’ambiance hein sinon qui est saoulard…
« C’est juste une bière en passant »
Je revenais de la radio et j’allais au studio
Pour mixer mon album et mon téléphone sonne
Ouaich c’est smok je suis au terminus
Avec Alpha O Stéphane et le commandant papus
Je fonce rapidement pour leur dire bonsoir
Et comme chaque soir ils me disent de m’asseoir
Bon…c’est vrai que ça a pris un peu de temps mais…
« C’est juste une bière en passant »

Refrain :

C’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant c’est ça ouais…
Juste une bière en passant
Ca fait trois heures que j’attends
Juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant Ouais
Juste une bière en passant
Tu dis ça depuis si longtemps

Couplet :

C’était qui ? …Ma femme
Ohhhh….qu’st ce qu’elle voulait ?
La même chose que la tienne…
Mon frère laisse ça et boit ta bière
Est ce qu’on leur dit quelque chose quand elles vont se faire les tresses ?
Je te jures tu as raison tu sais…
Quand c’est elles, c’est bon
Quand c’est nous, c’est bagarre
Si elles trainent au salon nous on traine dans les bars
Elles ont l’art et la manière de nous stresser
Alors qu’la bière on la boit pas quand on est pressé
Oooh Laisse tomber ici ya plus de bière glacée
Allons au chalet Jérémie a appelé
Djo on fait un coup en speed mais si ya Jérémie ya serge
C’est qu’ya aussi Maoundoé on va tous rentrer bourré encore…
Euh…bon on y va, on y va hein ?
Bon Djo, djo, pour une fois…pour une fois…
On à qu’a être sage on a qu’à rentrer à la maison
Ya Madame et les enfants tout ça là…
Vraiment…on a qu’à partir….c’est mieux, c’est mieux hein…
« Mais les gars on prend une dernière pour la route ? »
Euh…bon on fait comment là ?
Bon…ok, d’accord…
Hahahahaha…..

Refrain :

C’est juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant
Juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant

YèYèhiiiiiii….Nan nan nan nan nan nan (x3)
…juste une bière en passant c’est …

Juste une bière en passant
C’est juste une bière en passant c’est toujours
Juste une bière en passant ouais
Juste une bière en passant
Juste une bière en passant
Juste une bière en passant bébé yeah
Juste une bière en passant
C’est Juste une bière en passant

Epilogue :
…Grincement de porte…
Hum….hey…chérie ! Han, tu es là…hey ?
Toi là c’est maintenant tu rentres non ?
Regarde comment tu es saoul ?
Tu pues l’alcool comme ça…
Euh…bonsoir…euh…j’ai eu un peu de…tu vois…un contretemps quoi…y avait les…
Hein ?...bon ya les…le cousin là tu le connais non ?
Hein ? Quel cousin ? Regarde comment tu parles même ?
Francis…hein…
Regardes comment tu es…tu es saoul complètement bourré…
Mais…qui t’a dis que moi je suis saoul ?
Regarde toi…
Ahhhhh….est ce que ça c’est bien ? C’est comme ça vous faites…après…zan…zan…
Non vraiment…
Hey ! Arrête ton cinéma ! Prend le coussin et dors au salon !
C’est pas avec moi en tout cas !
Hahahahahahahaha……

OLD SCHOOL

COUPLET 1:

J’ai le biggy biggy flow sur un truc de dingue
Un truc de ouf un truc qui flingue toutes les demoiselles
Un genre de bastringue fait pour les fêtes et pour les bringues
Un truc qui cingle fouette et qui rend berzingue
Le truc qui débouche les oreilles de tous les sourd-dingues
Juste pour une fois pour le fun pour la frime pour la forme
Tu vas remonter dans le temps car c’est en représentant
Que tu vas te montrer compétent m’accompagner sur le temps
On est des militants…
On va pas prendre de gants action égal réaction
Problème égal solution tout le monde à fond dans le son
Avec moi c’est sans façon donnez moi donc une leçon
Et faites monter la pression, on va réagir
On va pas se laisser aller, on va réussir
On va tous se ressaisir
Je veux sentir qu’il Ya du monde dans la salle
Sur la piste et sur la scène dans les micros des larsens
Pour une ambiance très saine

REFRAIN :
Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…
J’ai la nostalgie de la old school
Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…

COUPLET 2:

J’ai le style qu’il te faut mais c’est pas nouveau
Un truc pour New-York un truc qui tue même à Bangkok
Ca vient de Ouagadougou ça vient du F.A.S.O
C’est pour te remonter le moral au dessus de zéro
Je peux pas entrer dans ta tête mais entre dans ma fête
Accepte de faire le geste suis ton radiocassette
Embarque toi dans mon bateau ce n’est pas un bourricot
C’est sûr qu’on va donner l’assaut bientôt n’oublie pas
Qu’on est en plein dans le show
Tu veux un cric Ya ton froc qui déménage
Tu veux un flic t’as qu’a sonner l’alarme
Si tu veux me tester je ne peux pas t’en empêcher
Mais sache seulement qu’on trouve toujours plus costaud que sois
N’est ce pas les gars « wouaiii » tu le sais très bien
La nature est tellement bien faite qu’il Ya toujours mieux
Alors répète en même temps que moi et tu verras
Que tu chopperas les réflexes de l’époque qui te rendront plus cool

REFRAIN : Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…
J’ai la nostalgie de la old school
Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…

COUPLET 3:

Donne moi le temps donne moi le style
Tant c’est tellement dansant tellement swinguant
Je veux danser devant c’est quoi ce son en fait hein :
Old scool…..Ah bon ?
Hey les gars et les gos faites moi la place
Que je puisse improviser sur cette piste de danse
Regardez moi travailler sur le beat quand je pose un pied à terre
Toutes les filles sont à terre et tout le monde crie…

Old school…faites un « wow wow wow » pour tous les Dj
« wow wow wow » old school !
Faites un « yeah you know me » pour tous les breakers
« yeah you know me » old school !
Faites un « one two three » pour tous les breakers
« one two three » old school !
Faites un « hey hooo » pour tous les rappeurs
« hey hooo »
Can i kick it ? yes you can ! Can i kick it ? yes you can !
Ca fait partie de mon passé…

REFRAIN :
Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…
J’ai la nostalgie de la old school
Old school…
I miss the sixties seventies
Old school…
I miss the seventies eighties
Old school…
Ya rien à faire c’est plus fort que moi
Old school…

ET CA CONTINUE Feat FASO KOMBAT

« Extraits radio… »

Malkhom :

Tu voudrais gérer le monde avec les nouvelles technologies
Maîtriser la terre comme si elle était ton logis
Pousser un certain peuple dans son dernier retranchement
Objectif s’accaparer de ses gisements
Et ton despote coalition de lèche-bottes
Fabricants de kamikazes mal qu’on te boycotte
Rien qu’ton nom provoque ma colère
Je te hais comme je hais Tony Blair

Smockey :

Tu l’a dis cousin il faut qu’on s’donne tous la main
Qu’on mette un frein à cette hypocrisie
Le nord aide le sud qu’elle ironie
Quand j’y pense en quatre siècles dits de référence
J’ai l’impression bizarre que c’est l’inverse qui a toujours existé
Le prétexte qui a toujours engendré
L’assistance pour nous et la substance pour le nord
Encore aujourd’hui
A coup d’organismes génétiquement modifié
On modifie la mise on nous pousse à la crise
Dites moi ce qu’il y a de rassurant pour un paysan Africain
Qui doit chercher sa semence en pays Américain
Hein…dites moi…dites moi

Refrain :

On fera comme tu voudras
Mais pas chez moi
Ce n’est pas chez toi (x2)

David :

(…)

Smockey :

Ooooh…tout ça, ça ne te suffit pas
Tu parles de marché
Et tu subventionnes ton agriculture bon marché
Mais pas d’bol, tes poulets ont la grippe
Tes cochons ont la fièvre et tes vaches sont folles
Y a quelque chose qui ne colle pas dans ta propagande
Quelque chose qui fait qu’on ne peut plus accepter ton école
Accepter tes normes tes armes ton monopole
Ton vol tes babioles tes banderoles ton cholestérol

Refrain :

On fera comme tu voudras
Mais pas chez moi
Ce n’est pas chez toi (x2)

Smockey :

On a tout adopté jusqu’à ta religion
Tout consommé de ta boisson jusqu’à ton caleçon
Nos fils ont aidé tes petits fils à ficeler nos petits fils
Pour tes bénéfices monter tes édifices malgré tes artifices
T’inquiètes on reconnaît ton vice
Ton ramassis de mercenaires a fait du zèle sous nos chaumières
Et y a plus d’une mère qui te botterait le derrière
C’est pour ça qu’on n’est pas dans ton conseil de sécurité

David :

(…)

 

Malkhom :

Soutenir des criminels pour ses intérêts personnels
C’est mortel
Et le retour du boomerang te fera la part belle
Pour ta belle part de responsabilité
Qui aux yeux du monde se dresse sans difficulté
Et c’est bien connu
Y a pas plus pleurnichard qu’un assassin, on s’comprend
Il n’y a pas que ta bombe qui fait beaucoup d’dégâts
Ta politique en fait autant, ce qu’il faudrait
Que la bêtise cesse avant le jour de la grande messe
Celui de la grande promesse
Les super gendarmes du monde engendrent tant de drames
Pourquoi tu collerai pas la paix à l’Islam

On fera comme tu voudras
Mais pas chez moi
Ce n’est pas chez toi (x2)

« …extraits radio… » Faso kombat Smockey,…crac crac crac…….boum

A QUI PROFITE LE CRIME

Extrait bande sonore Sankara & mitterand :
« …Monsieur François Mitterand nous n’avons pas compris comment des bandits comme Jonas Savimbi, des tueurs comme Peter Botha ont eu le droit de parcourir la France si belle et si propre…ils l’ont tâchée, ils l’ont tâchée de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang, et tous ceux qui leur ont permis de poser ces actes en porteront l’entière responsabilité ici… »
«…c’est un homme un peu dérangeant le président Sankara, hein…non c’est vrai il vous titille, il vous pose des questions quoi, avec lui il n’est pas facile de dormir en paix, il ne vous laisse pas la conscience tranquille, et puis moi j’admire ces qualités qui sont rares mais il tranche trop aussi, il va…il va plus loin qu’il ne faut à mon avis hein, qu’il me permette de lui parler du haut de mon expérience alors je…je…je l’encourage…pas trop… »
« …Thomas Sankara semble bien avoir périt au cours des affrontements d’hier au Burkina-Faso Sankara qui aurait été enterré dès ce matin, le coup d’état aurait fait d’ailleurs plusieurs dizaines de victimes… »
« …proclamation ! le front populaire regroupant les forces patriotiques décide de mettre fin en ce jour quinze octobre au pouvoir autocratique de Thomas Sankara, d’arrêter le processus de restauration néocolonial entrepris par ce traitre à la révolution d’août. Le conseil national de la révolution est dissout, le gouvernement est dissout, l’organisation militaire révolutionnaire est dissoute, le président du Faso, le secrétaire général des comités de défense de la révolution et les commissaires politiques, sont démis de leurs fonctions. La Patrie ou la mort nous vaincrons ! Pour le front populaire, le camarade capitaine…. »

 

Ouaich…ainsi tout était prévu depuis le début
Pour la patrie mais au finish c’est la mort qu’on nous a servie
Enquête de routine à qui profite le crime à qui profite le temps
Va savoir, pas besoin sortir de math sup
pour comprendre qu’on s’est fait avoir
On a préservé la paix sans la dignité
Rendez nous la dignité et on vous foutra la paix

Refrain :

A qui profite le crime
A qui profite le crime
Mais à qui profite le crime
Mais à qui profite le crime

Chaque citoyen est responsable de ses actes
Et nos responsables ne font pas exception
Même pas ceux qui nous gouvernent
Surtout pas ceux qui nous rabattent les oreilles
Avec des formules démocratiques tropicalisées
Adaptées pour la diversion
L’histoire est celle que nous méritons mais
On doit la vérité aux enfants de la nation
Le progrès c’est ce pourquoi on se bat, l’honneur
Si ce n’est pour ce à quoi on croit
Ce qui fait de nous des êtres sensibles
Avec une larme qui tombe à chaque homicide
Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde
Jette un œil à la ronde
Une brochette de politiciens trapézistes
Qui rase les mûrs et pourtant qui résiste

Refrain :

A qui profite le crime
A qui profite le crime
Mais à qui profite le crime
Mais à qui profite le crime

Voilà qu’on cherche des coupables qui n’existent plus
Ils sont intouchables mais pas comme à Bombay
Eux peuvent bomber le torse et s’payer une nouvelle virginité
Un casier blindé pas comme le gilet
Que leurs victimes n’avaient pas porté
Un simulacre de procédures qui dure
Depuis mon adolescence fais grimper l’prix de l’essence
Et danser le peuple la panse vide, en fait
On en pense pas moins c’est ça qui est con
Mais rien ne change par la pensée
Rien n’a déjà plus de sens quand les responsables
Incriminés sont à leur tour encensés hélas
Un passé ça laisse des traces, La Patrie Ou La Mort,
Nous Vaincrons !

Refrain :

A qui profite le crime
A qui profite le crime
Mais à qui profite le crime
Mais à qui profite le crime

Extrait Blaise :

« …c’est…c’est douloureux pour moi ce qui s’est passé parce que comme vous le savez Thomas Sankara c’est un ami,…euh…mais…j’aime aussi mon peuple…plus que tout, et…je dois reprocher à Thomas Sankara bien sur euh…d’avoir….euh d’avoir par moment euh…méprisé justement les intérêts de ce peuple…je lui reproche aussi d’avoir à un moment donné pensé que…ma liquidation physique, allait lui permettre…de poursuivre ce que lui il considérait comme….un objectif euh…fondamental, à savoir asseoir son pouvoir personnel. »

Pour ma patrie pour la justice d’abord ensuite le pardon
Pour ma patrie pour la justice d’abord ensuite le pardon (x2)

ALERTE

… Clameurs…
L’heure est grave…

L’heure est grave pendant qu’on dort comme des bébés
Nos destins se jouent sur un lancer de dés
On s’en fout tellement qu’on se fait évincer
Et après on aura plus qu’nos yeux pour pleurer
L’heure est grave ça trafique ça met du fric de côté
On s’fait « aiser » à sec avec des granulés
On est tellement endormis que même réveillés
En observant les dégâts on dira que c’est pas grave
L’heure est grave enfin il est temps de réagir
C’est pas l’pire car le pire reste à venir
D’un côté y’en a qui souffrent le martyr
De l’autre côté on tente de nous divertir
L’heure est grave le monde doit se réveiller
Une minorité écrase la majorité
Il est temps d’faire bloc on a tous le même problème
Celui qui nous fait craindre pour notre sécurité
Tu, Dois, Te RE-VEI-LLER !

Refrain :

Allez, allez, allez, faut se réveiller
Tout le monde se réveille assez reposé
Si on marche sur tes droits alors lève toi
Et si tu veux qu’on t’entende alors lève la voix (x2)

L’heure est grave partout ca explose et
Autour de nous il n’y a que des macchabées
Les gens s’terrent ils ont peur de s’faire descendre et
Le Farwest a élu de nouveau droit de cité
L’heure est grave partout on cherche une technique
Pour boucler les fins de mois apocalyptiques
La basse populace atteint le stade critique
Pendant qu’des élus se donnent des airs démocratiques
L’heure est grave des quartiers lotis sur pilotis
Donnant droit a des séries d’acrobaties
La sécurité depuis longtemps désocialisée
Privatisée pour dix pour cent de privilégiés
L’heure est grave des placements lourds à l’étranger
Mais pas d’argent pour acheter le riz de Bagré
Des dossiers en justice depuis longtemps étouffés
Quand est ce que on saura enfin la vérité

 

Tu, Dois, Te RE-VEI-LLER !

Refrain :

Allez, allez, allez, faut se réveiller
Tout le monde se réveille assez reposé
Si on marche sur tes droits alors lève toi
Et si tu veux qu’on t’entende alors lève la voix (x2)

L’heure est grave faut qu’on en parle au vingt heures
Mais personne ne veut nous laisser la primeur
Beaucoup d’individus rêvent de nous voir à terre
C’est comme ça qu’naissent les révolutionnaires
L’heure est grave le raz l’bol prend d’l’envergure
Le thermomètre ne retient plus le mercure
Si on n’fait rien on s’dirige droit vers la fracture
Les terroristes enregistrent de la candidature
L’heure est grave on a déjà plus d’vie privée
Plus d’jardin secret plus de liberté d’pensée
A la politique tu dis qu’t’es pas intéressé
Et c’est la politique un soir qui viendra t’ramasser
L’heure est grave mais ne pense pas que t’es pas coupable
Que t’es pas visé ou que t’es pas concerné
Les dominants appliquent toujours la règle des dominos
Sur les dominés et c’est pour ça qu’on est démunis

Tu, Dois, Te RE-VEI-LLER !

Refrain :

Allez, allez, allez, faut se réveiller
Tout le monde se réveille assez reposé
Si on marche sur tes droits alors lève toi
Et si tu veux qu’on t’entende alors lève la voix (x2)

Il n’y a pas de petit déjeuner tant qu’on n’est pas réveillé (x4)
Réveillé…réveillé…réveillé…réveillé

Allez, allez, allez, faut se réveiller
Tout le monde se réveille assez reposé
Si on marche sur tes droits alors lève toi
Et si tu veux qu’on t’entende alors lève la voix (x2)

Il n’y a pas de petit déjeuner tant qu’on n’est pas réveillé

AU DEHORS

Refrain :

Au dehors
Y a presque plus de gentils
C’est bourré de bandits
Mieux vaut faire le mort…car (x2)

On te braque on te bloque contre un poteau
Plaque contre le sol te claque si tu bouges
On te vide les poches et si t’as pas de gombo
On peut te faire la peau…
Faites un peu pardon…
On te « lime » correctement
Sans égards pour ta descendance
On n’te demande pas c’que tu en penses
On s’en balance on te colle un couteau contre la panse
Faites un peu pardon…
On te drague ta copine en direct et en live
Et on n’veut pas que tu te « biles »
T’as de la chance si on la viole pas ou si tu la remplace pas
Faites un peu pardon…
Bref, on te cherche des crosse à tout va
Alors que tu bosses toute la journée comme un fou ça
C’est pas normal tout l’monde est d’accord
Il faut que ça s‘arrête !
Faites un peu pardon…

Refrain :

Au dehors
Y a presque plus de gentils / tu les entends
C’est bourré de bandits / tu le sens
Mieux vaut faire le mort…car (x2) / ça craint

On t’approche pour te vendre un paquet de Lotus
Et puis on t’embarque le cellulaire en douce
Si tu n’fais pas gaffe on s’tire avec ton portefeuille en plus
Faites un peu pardon…
Dans certains quartiers ça craint
On deale du crack dans tous les coins
Et ceux qui en consomment sont prêts à tout
Même à te liquider pour le prix d’un morceau de pain
Faites un peu pardon…
Au lieu de faire la fête t’économises pour une mobylette
Que tu attaches solidement, tu t’absentes deux minutes
Et tu retrouves la roue sans le reste
Faites un peu pardon…
Tu te retrouves dans un maquis avec une bande de copains
Tu trouves ça sympathique…
Comme d’habitude ça finira par un « Gnaga »
Pour une place ou une Go
Faites un peu pardon…

Refrain :

Au dehors
Y a presque plus de gentils / tu les entends
C’est bourré de bandits / tu le sens
Mieux vaut faire le mort…car (x2) / ça craint

 

Alors tu restes chez toi et tu penses que t’es à l’abri
Erreur…car comme tu le sais si tu ne va pas à Lagardère
Lagardère ira à toi n’est ce pas…N’est ce pas, n’est ce pas…
Faites un peu pardon…
Ils vont passer par le toit par la fenêtre
Ou par la porte au choix et si tu as une cheminée
Tu vas y avoir droit
C’est comme un papa noël mais le cadeau c’est toi
Faites un peu pardon…
Que fait la police
Les bandits sont dix
Peut être que ça glisse`
Ça laisse passer le vice
Les voyous s’tapent le pastis et nous les cicatrices
Faites un peu pardon…
Quand on parle de viol on déplace le problème
En disant aux filles qu’elles s’habillent trop sexy
C’est qui le problème ce sont les filles
Les violeurs ou les habits sexy…hein ?
Faites un peu pardon…qu’est ce qu’il y a…

Refrain :

Au dehors / au dehors gars
Y a presque plus de gentils / presque plus de gentils
C’est bourré de bandits / c’est bourré de bandits
Mieux vaut faire le mort…car (x2) / le mort

Faites un peu pardon !

CODE NOIR

…Chœurs…
« …hahaha » «…s’il y a idolâtrie abominable superstition brutale et pleine d’ignorance du monde vous la trouverez chez ces pauvres gens. Ce peuple est si sot bestial et aveuglé de folie qu’il n’a divinité en sa fantaisie que la première chose qu’il rencontre le matin en se levant… » (Thévet)
« …ainsi je puis dire sans hyperbole que de toutes les nations de la terre, la plus maligne la plus fourbe et la plus ingrate est celle des nègres auxquels plus on fait de bien, moins ils ont de l’amour et de la reconnaissance… reconnaissance» (citations de missionnaires)

Posséder un nègre, mode d’emploi…
T’as bien entendu ! Aujourd’hui encore
y a des abrutis qui n’savent pas que l’esclavage est aboli
Vas donc faire un tour en Mauritanie
ou même dans certains grands endroits à Paris là-bas
Tu verras que des frères enchaînent des frères c’est dur 
A quoi ça a servi que Toussaint fasse l’ouverture 
Des siècles ont passé depuis 1848
mais les séquelles sont là inutile est la fuite
Sacrés jésuites satanés missionnaires 
Machiavel serait fier du Christianisme et de ses plans
Quel bel exemple d’intégration quelle belle mascarade
oh oui quelle belle entourloupe
Maintenant c’est nous qui portons le flambeau haut
Et tous seuls comme des grands on monte au créneau
On fouette, on torture, on dissèque, décapite avec la bénédiction de la néo-colonie
 
Refrain
Rappelle-toi y a pas si longtemps moi
Je n’étais rien et toi tu n’étais qu’un chien
Nous n’étions pas humains.
Et si aujourd’hui, nous sommes fiers,
C’est parce que des frères sont tombés pour nous

Rappelle-toi y a pas si longtemps du commerce triangulaire de tes frères,
Rappelle-toi
Rappelle-toi de cet enfoiré de Las Casas qui fit remplacer les indiens par des noirs
Rappelle-toi qu’à l’époque un monde sans esclavage c’était de la science-fiction
Rappelle-toi
que même la révolution française n’y croyait pas,
même ses concepteurs n’étaient pas de ce combat
Rappelle-toi de ces champs, ces plantations
de canne à sucre, de coton et de cacao
Rappelle-toi de Soweto, de l’exil, de l’humiliation
et des grands voyages en bateaux
Rappelle-toi parce que de nos jours peu de choses ont changé
Une nouvelle forme d’esclavage en a remplacé une autre
Car aujourd’hui encore qui cultive du coton, de la canne à sucre ou du cacao ? 
Refrain
Rappelle-toi y a pas si longtemps moi
Je n’étais rien et toi tu n’étais qu’un chien
Nous n’étions pas humains.
Et si aujourd’hui, nous sommes fiers,
C’est parce que des frères sont tombés pour nous
 
Couplet 3
La fin de la traite n’aura pas refermé toutes les cicatrices
Puisque l’Europe joue encore les civilisatrices
Apres avoir exploré puis exterminé
l’objet de leur cupidité comme dit Condorcet
C’est le sang de l’innocent qu’on met en balance avec l’avarice du coupable
Pourtant certains pissent encore sur les acquis de Nelson Mandela
Martin Luther King ou bien Malcolm X
Beaucoup d’entre nous n’ont pas connu la honte
comme celle qu’a ressenti Mrs Rosa Parks avant
d’être la première femme à poser ses fesses noires
dans un bus à la place d’un blanc
Aujourd’hui, la vigilance est plus que de rigueur
Nos frères ne se rappellent plus du sacrifice des leurs
La traite des femmes, la traite des enfants
Serait-ce le retour vers la porte du non-retour ?

…Chœurs…

I YAMMA

…AWOUUUUUUUUU….
Fère est ce que tu sais c’que c’est que le djéka
Qui va jusqu’aux tréfonds de ton âme
Danse originaire du Boulgou check ça
Pied gauche pied droit…danse
Pied droit pied gauche…c’est moi qui mène la danse
Ça se danse sur ses deux pieds, c’est parti ! on y va !

Refrain :

Wolololoiyèye…I yamma (fais ce qu’il te plait)
Wolololoiyèye…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma
Lebri yarma….I yamma
San yarma…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma

Accepter de se soumettre elle n’aurait pas pu
Et finalement si résoudre elle n’aurait pas cru
Mais comment s’y prendre autrement elle n’aurait pas su
Epouser cet homme là elle n’aurait pas dû
C’est pourtant ce qui lui arrive elle aurait dû l’savoir
Quatre vingt pour cent des gens ont connu cette vérité
Ou l’ont encore en mémoire elle aurait…
Plutôt, plutôt, dû refuser
Dans la vie on ne fait pas tous les choix qu’on veut
Se plier à ceux des autres c’est jamais c’qu’on veut
Mais comment s’y prendre autrement quand on n’sait pas c’qu’on veut
Suffirait il de s’écouter pour ne jamais s’tromper
Ça serait trop facile et pourtant ça ne l’est pas
Car en vrai apparemment le bon mari se fait rare
Elle aurait pourtant dû le faire elle aurait…
Plutôt, plutôt, dû s’écouter…c’est ça !

Refrain :

Wolololoiyèye…I yamma (fais ce qu’il te plait)
Wolololoiyèye…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma
Lebri yarma….I yamma
San yarma…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma

S’en aller de chez elle elle aurait dû l’faire
Partir très loin trouver un pied à terre
Elle s’en veut beaucoup encore de s’être laissé faire
Quand ces hommes l’ont arrachée à sa pauvre mère
Supplié pleuré griffé elle a tout essayé
Pieds et poings liés dans l’dos ils l’ont emportée
Comme une chèvre elle aurait…
Plutôt, plutôt, dû résister
Et ils l’ont emmenée comme ça chez son futur mari
Qu’elle ne connaissait pas manu militari
Puis ils l’ont jetée dans un coin comme un vieux débris
Mais elle n’a rien ressenti elle était meurtrie
Et ils sont partis l’ont laissée mijoter toute la nuit
Au petit matin on fit entrer son premier mari
C’était un vieux papi elle aurait…
Plutôt, plutôt, dû s’échapper, c’est ça !

Refrain :

Wolololoiyèye…I yamma (fais ce qu’il te plait)
Wolololoiyèye…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma
Lebri yarma….I yamma
San yarma…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma

On lui a donné un mari qu’elle ne veut pas
Pourquoi veut on la forcer ça je ne sais pas
Difficile à avaler la pilule est amère
Elle n’en peut plus elle n’en veut plus dès qu’on l’a détachée
Elle se met à courir dans tous les sens jusqu’à tomber
Dans les bras malheureux de Monsieur le Maire
Mais pour se faire il aurait…
Plutôt, plutôt, dû la sauver
La délivrer de ce vieil homme il aurait pu l’faire
Car du père de cette fille il en est le frère
Mais il a préféré se taire et tout laisser faire
Car il doit son mariage au même type de faits divers
Laissez donc les femmes faire c’qu’elles ont envie de faire
Ce qui leur plait et même si cela ne vous plait pas
En ce qui me concerne emboitez moi le pas
Il suffit juste de sauter sur ses deux pieds

Refrain :

Wolololoiyèye… Wolololoiyèye… Wololo, wololo, Wolololoiyèye……
I yamma I yamma Hey I yamma
Lebri yarma….I yamma
San yarma…I yamma
Wolololoiyèye…I yamma I yamma Hey I yamma

J'EN PEUX PLUS Feat KIRIKOU

Altermondialiste qu’est ce que c’est
Qu’est ce qu’on cherche
Où on va…qu’est ce qu’on trouve

Refrain :

J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)

smockey :

Penser qu’il n’y a que danser pour nous faire oublier
Se réfugier dans l’espoir
C’est avouer que nos plaies sont immortelles
Et que plus personne ne pourra jamais les panser
Sensés être nés pour vivre on est tous habités
Par une détresse immense
Lancés comme des satellites depuis le début
On tourne en vain car on n’est pas sur la même orbite
Pensez que les trois personnes les plus riches
Possèdent une fortune insensée
Supérieure au produit intérieur brut total
Des quarante huit pays les plus pauvres du monde
Pensez que deux mille sept cent kilocalories
Par jour eau potable plus santé
Sont l’équivalent de ce que dépensent l’Europe et l’Amérique
Annuellement en parfums

Refrain :

J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)

Sachant que chaque enfant Burkinabè qui nait
Est endetté de soixante douze mille francs
Sachant que cinq pour cent des burkinabè détiennent
Vingt cinq pour cent des richesses
Sachant que dans soixante dix pays du monde
Donc à peu près l’équivalent de quarante pour cent
Le revenu par habitant est inférieur à ce qu’il était
Il y a vingt ans en chiffres constants
Sachant que je pars dès le départ avec un handicap
Monstrueusement conséquent
Sachant tout cela je n’accepterai pas
Que l’on me dise que je ne me bats pas
Que l’on me dise que j’ai baissé les bras
Que l’on me dise que j’ai failli ma foi
Que l’on me traite d’inconscient voir de paresseux
Qu’on fasse de moi ce que l’on veut
Je ne bougerai plus tant qu’on truquera le jeu

Refrain :

J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
J’en peux plus de fight
(...kirikou…)

Kirikou cplt :

(…)

Smockey :

Laissez venir à moi…la richesse de ce monde

Je suis fatigué…

Refrain :

J’en peux plus de fight…fatigué
J’en peux plus de fight…fatigué
J’en peux plus de fight…fatigué
(...kirikou…)
J’en peux plus de fight…je suis fatigué
J’en peux plus de fight…fatigué
J’en peux plus de fight…fatigué
(...kirikou…)

On prend les vingt pour cent de la tranche la plus pauvre de la population mondiale
Et les vingt pour cent de la tranche la plus riche
En 1960, la tranche supérieure avait un revenu trente fois plus important que la tranche Inférieure. En 1995…quatre vingt deux fois
On appelle ça…le progrès.

LES VAUTOURS

Voici venu le temps où les forts écrasent les faibles
Rien d’nouveau tu m’diras sous le ciel du Faso
A part ces vautours à tous les carrefours
Attendant que tu prennes ton ticket de non retour
Ils sont là avec leurs yeux jaunes
Leur allure menaçante ils s’exhibent et ils dansent
Ils sont là avec leur sourire narquois
On dirait presque des juges ou des avocats
Ils sont là mais ça n’est pas de leur faute
Tout au plus se nourrissent ils d’nos excédents
Mais pourquoi sont ils là en plein centre ville
Y aurait il autant de surplus parmi les civils…
Toi et moi savons que ça n’est pas l’cas
Alors pourquoi les charognards sont ils si gras
Ils le sont parce qu’ils ne savent pas lire
C’est pour ça qu’ils n’ont pas consulté le document
Sur les derniers chiffres du P.N.U.D
Qui nous portaient tous avant derniers du classement
Balance positive c’est Bla Bla Bla
Ils le savent que ça n’est que du charabia
Ils n’en ont rien à cirer de la banque mondiale
Et encore moins de ce qui se passe dans la capitale
Ils ne sont ni amis du ministre ni du président
Ils ne sauront jamais à quoi sert l’argent
En fait ils sont là parce qu’ils attendent la fin
L’un de nous doit mourir aujourd’hui c’est certain

Ici à part l’amour la gloire et la beauté
Y a le ciel que tu supplies de faire tomber la pluie
Parce que c’est trop sec et qu’il fait trop chaud
J’aimerai pas qu’on me fasse prendre du Tam Tam pour du banjo
J’verserai pas des larmes de crocodile…non
J’les garde pour Sabou les touristes et les crocodiles
Ils sont nombreux ceux qui profitent du système
Ceux qui commencent par te dire dès l’départ je t’aime
Ceux qui restent en vie ne sont pas ceux qui gagnent
Mais uniquement ceux qui restent en vie moi j’te le dis
Ouais j’ai pas honte et j’ai pas peur d’mourir
Car même si j’dois pourrir j’finirai pas pourri

Refrain :

Ils nous ont menti, notre vie a un prix
Et ce prix vient d’être payé par un nanti
Le vautour est là il attend il n’est qu’à un pas
Qu’on passe de vie à trépas (x2)
Ils nous ont menti
Nous ont trompé sur des dossiers sur le passé
Ils ont truqué ils ont liquidé
Effacé financé menacé offensé
Défoncé tabassé rabaissé torturé assassiné
Tout ça avec notre complicité
Puisqu’on a rien dit puisqu’on a rien fait
Le traumatisme est si vrai que si on avait le bonheur à ses pieds
On s’baisserait même pas pour l’ramasser
La peur de perdre la routine d’son activité
Le train-train quotidien de sa petite vie d’société
Des acquis minables en sommes
On bosse comme des bêtes de somme
Obtenus avec force et tonne de frustration
Des angoisses permanentes du stress quotidien
Après tout si on se libérait et si on parlait
Mais c’est trop tard
Déjà les colombes s’envolent elles ont prit peur ce n’sont plus que des symboles
C’est trop tard
C’est moche car la charogne approche attendant patiemment que les choses se corsent
C’est trop tard
Ils ont des atouts ces salopards ils savent tous qu’on en a plus pour longtemps
Les faibles qui ferment leur gueule seront toujours plus faibles laissant les buffets…
Aux plus forts…

 

Refrain :

Ils nous ont menti, notre vie a un prix
Et ce prix vient d’être payé par un nanti
Le vautour est là il attend il n’est qu’à un pas
Qu’on passe de vie à trépas (x2)

«…lorsque l’humanité sera suffisamment éduquée pour ne concevoir plus que l’individu en dehors de toute coordonnée ethnique, pour ne voir plus chez l’individu que l’humain, mais… on verra la richesse de cette expérience… » Cheick Anta Diop

PHARMA-SCIE

…atchoum….
« Euh…dites docteur, ça va pas mais c’est pas si grave hein…je voudrais que vous me prescriviez un truc contre la toux…euh…un sirop ou un truc comme ça… »
« écoutez, c’est très grave, revenez me voir demain pour les examens supplémentaires, on fera une radio des poumons et un check up chrono pulmo ventix… »
« euh…c’est quoi ça docteur ? »
« ne vous inquiétez pas c’est juste une nouvelle formule tout en un, c’est pour que le poumon et le diaphragme soient en harmonie… »
« Haaa…d’accord… »
« en attendant, vous allez me prendre une boîte de pulmoxine (ting !), de l’aloxine (ting !), du vibrollin (ting !), un tube de pantamol (ting !), du vertum et pendant qu’on y est aussi de la parrabelum, de l’amoxycilline, du cergyl, du stetotum, de l’application nasale…(ting !)…

Refrain :

Derrière le méchant virus
Y a toujours un anti-virus
Quand arrive la cavalerie
De l’industrie pharmaceutique
Ils sont si bons que l’on finit
Par se demander comment ils font
En fabriquant le médicament
Fabriqueraient ils la maladie

Je crois que j’ai mal à la tête docteur mal à l’estomac
J’ai des crises de foie parfois je perds connaissance
J’ai mal au dos j’ai mal aux reins
J’ai mal partout comme un chien j’ai mal
Quand je vois le mal que vous vous donnez pour me faire du bien
J’ai mal, et c’est pour ça que je râle
Surtout quand je sais qu’en réalité je n’ai rien
Mais comme tout bon mécanicien en définitif
Il faut que vous me trouviez une panne
Pourtant j’avais la banane
Entre vos antibiotiques antiallergiques antispasmodiques
Antipsychotiques antispongiques antidiurétiques
Antiasthmatiques antiseptiques
Je suis sceptique et je pèse ma critique
Vous me rendez malheureux vendez moi un anti-stress
Avant que j’en arrive aux antidépresseurs
Avant qu’une messe soit dite à mon enterrement
Sous la forme d’une ordonnance récitée par un médecin

Refrain :

Derrière le méchant virus
Y a toujours un anti-virus
Quand arrive la cavalerie
De l’industrie pharmaceutique
Ils sont si bons que l’on finit
Par se demander comment ils font
En fabriquant le médicament
Fabriqueraient ils la maladie

Selon la très célébrissime théorie du docteur Knock
Tout bien portant est un malade qui s’ignore, note
Qu’on peut d’ores et déjà nous considérer
Comme des consommateurs souffrants, au prix le plus offrant
Il n’est pas besoin de rappeler quels sont les enjeux
Ce sont les mêmes que pour les armes à feu
Ce sont les mêmes pour ces industries qui modifient les normes
Ce sont les mêmes…ce sont des monopoles
T’as pensé à ton cholestérol, t’as pensé à ton sucre,
Tu fais attention au sel, t’as contrôlé tes selles ?
Ils ont fini par nous rendre malades
Pour la contribution à l’amélioration de leurs jolies façades
Au moyen âge il existait une pratique médicale
Qui était systématiquement appliquée aux malades
On l’appelait la saignée aujourd’hui ça n’a pas changé
On nous saigne tous par le portefeuille !

Refrain :

Derrière le méchant virus
Y a toujours un anti-virus
Quand arrive la cavalerie
De l’industrie pharmaceutique
Ils sont si bons que l’on finit
Par se demander comment ils font
En fabriquant le médicament
Fabriqueraient ils la maladie

Vous voulez vous rendre utiles trouvez donc les vaccins
Pour les maladies d’Afrique mais y a pas assez de fric
Bande de faussaires vous me donnez la migraine
Je m’en vais prendre un somnifère celui ci est naturel
Il s’appelle sincère il me vient de mes frères et sœurs
Pas de malades imaginaires consommant un tas de médicaments
Placébo ici on court après les médicaments essentiels trop chers
Deux millions de sidéens en occident qui vont tous pour la plupart
Vivre plus longtemps que nos bien portants
Vingt cinq millions de sidéens en Afrique qui vont tous pour la plupart
Evidemment mourir…

Refrain :

Derrière le méchant virus
Y a toujours un anti-virus
Quand arrive la cavalerie
De l’industrie pharmaceutique
Ils sont si bons que l’on finit
Par se demander comment ils font
En fabriquant le médicament
Fabriqueraient ils la maladie (x2)

RELAX C'EST ICI LE PARADIS Feat AMADOU

Refrain :

(…amadou dicko…)

Viens faire un tour dans ma contrée dite désertique
Viens prendre des cours sur ma terre dite miasmatique
Paraît que pour les touristes on est des déshérités
Paraît que pour le P.N.U.D on est quasi derniers
Viens faire un tour dans le sahel si tu veux vérifier
Là bas tu verras des citadelles et des femmes si belles
Que tu ne voudras plus retourner dans ta belle cité
Et qu’ici on sera bien obligé de te garder
Mon Afrique n’est pas pauvre elle est instable
C’est votre faute si nos dirigeants sont peu fiables
Dans le sahel y a de l’espace de la liberté
On n’a pas eu besoin pour ça de la statufier
Alors écoute met ça dans tête une fois pour toute
Ici y a pas de bouchons sur les autoroutes
Ici la vie se déguste au goutte à goutte
Ici on essaie d’être sociable quoi qu’il en coûte

Refrain :

(…amadou dicko…)

Moi je veux vivre sur une planète naturelle
Avec du sable des cocotiers du lait de chamelle
Ici c’est pas fast-food les aliments ont du goût
Ici y a pas Hollywood on se ballade en boubou
Viens faire un tour dans mon paradis l’oasis
En plein milieu du désert ce sera un délice
Tu boiras l’eau à la source pour reprendre des forces
Et si tu la trouve pas douce promis on rembourse
Arrête de stresser dans tes tours de béton
Faut plutôt voyager pour élargir ton horizon
A la prochaine floraison évade toi de ta prison
Pas besoin de ton blouson ici y a que deux saisons
Tu verras que tu en sauras beaucoup plus
On viendra te chercher pas en chameau mais en bus
Ici on manque pas de plantes et y a pleins de cactus
Mais n’aies pas peur tu dormiras sur un matelas en plus

Refrain :

(…amadou dicko…)

RODWOOKO

Refrain :

Ne touchez pas…Rodwooko
Ne vendez pas…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous…

Trop facile d’embrouiller les gens avec des chants
Politiques et camoufler les dossiers pour de l’argent
Trop facile de mentir aux petits commerçants
Et de dénicher de la place pour reloger les grands
Trop facile de faire du forcing des tchin-tchin
Au bord de la piscine pendant que tout calcine
Trop facile pour ne pas dire trop habile
Trop habile pour ne pas avoir de mobile
Trop c’est trop alors il faut faire quelque chose
On a repéré la cause il faut réparer les torts
On veut nous faire prendre des patates pour des makabo
Mais cette affaire toi et moi on sait que c’est pas clair

Refrain :

Rodwooko
Ne touchez pas…Rodwooko
Ne vendez pas…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous… Rodwooko

On veut nous berner pour nous spolier
C’est comme ZAKA c’est n’importe quoi
On a délogé les gens pour une affaire de blé
Tellement pressée qu’on a pas pris le soin d’étudier
Le terrain sur lequel on devait monter la cité
Aujourd’hui on se cherche tellement c’est compliqué
On voit clair on voit tout jusque là on dit rien
C’est pas parce qu’on est con c’est juste parce qu’on a peur
On voit clair on voit tout jusque là on dit rien
C’est parce qu’on est stupide c’est juste parce qu’on est faillible
On est des radicaux c’est la fin des haricots
Têtus comme des bourricots on va mouiller le tricot

Refrain :

Rodwooko
Ne touchez pas…Rodwooko
Ne vendez pas…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous… Rodwooko

On veut le marché mais pas en marchant
Faut que ça court rapidement incessamment
Faut que ça ouvre un pour tous pour le ralliement
Fini d’nous endormir avec des boniments
Rodwooko c’était le poumon économique
De la capitale Ouagalaise à l’aise
Aujourd’hui on veut que tout le monde se taise
Faut bien admettre qu’il y a un malaise
Faut bien admettre que rien n’a été fait pour l’instant
A part fermer les alentours du marché aux passants
Et que la seule chose qu’on nous concède finalement
C’est de fermer notre gueule si on est pas content

Refrain :

Rodwooko
Ne touchez pas…Rodwooko
Ne vendez pas…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous…Rodwooko
Des magouilles…Rodwooko
Rendez nous… Rodwooko

Rodwooko…rendez nous…Rodwooko
Rodwooko…rendez nous…Rodwooko
Rodwooko
Rodwooko
Rodwooko
Rodwooko